La Ville de Chambly a lancé son deuxième budget participatif sous le thème Vos projets, notre environnement ! Les résultats du vote populaire ont été dévoilés, le 6 juillet dernier, par la mairesse, madame Alexandra Labbé, lors de l’assemblée ordinaire du conseil municipal.

La Ville de Chambly a proposé un budget totalisant 50 000 $ pour encourager les citoyens à déposer des projets innovateurs afin de bonifier les actions environnementales dans la municipalité. Un comité de sélection, composé de citoyens siégeant sur les différentes tables consultatives municipales, a procédé à l’analyse de 23 projets. Six finalistes ont été retenus afin d’être soumis à un vote populaire.

Selon le résultat du vote auprès des citoyens de Chambly, voici le projet choisi par le public :

Choix du public :

 Installation de ruches, présenté par Chloé Parenteau Gallant

Finalistes :

Pré fleuri en milieu urbain : pour le plus grand bonheur des citoyens et des pollinisateurs ! présenté par Isabelle Tittley

Comm’une pomme, présenté par Pierre D. Girard

Jardin public, présenté par Alexandre Chênevert Voyer

Vélo électrique et borne à recharge à énergie solaire, présenté par Patrick Charbonneau

Projet S, des serres de quartier, présenté par Samuel Robert


Les membres du conseil municipal remercient tous les citoyens qui ont déposé un projet, ceux qui ont pris le temps d’aller voter, soit plus de 1000 personnes, ainsi que les résidants des tables consultatives qui ont siégé sur le comité de sélection. « Cette deuxième édition de notre budget participatif démontre que nos citoyens veulent s’impliquer dans leur communauté. Tous les projets déposés étaient très intéressants et proposaient un potentiel valorisant pour notre milieu. Félicitations à l’idéatrice du projet retenu par la population. Nos employés municipaux vont l’intégrer dans la planification du budget 2022 », souligne la mairesse de Chambly, madame Alexandra Labbé.

DĂ©tails des projets

Le verger urbain de Chambly est un projet familial, éducatif et naturel qui permettrait aux citoyens de renforcer leur lien aux espaces naturels, en plus de redécouvrir des espèces de fruits ancestraux oubliées.

Le projet consiste à la plantation d’une centaine d’arbres fruitiers de plusieurs variétés au parc Boileau, permettant aux citoyens de cueillir des fruits locaux et biologiques à l’été et à l’automne. Le temps de croissance des arbres serait une opportunité pour les citoyens de voir les arbres grandir, d’en apprendre sur les variétés plantées et d’offrir des avantages écosystémiques dès la première année. Les fleurs du printemps et de l’été embelliraient le secteur.

La plantation des arbres pourrait être réalisée en forme de feuille, afin d’être visible à partir des cartes satellitaires et ainsi se démarquer des plantations
« normales ». Des écriteaux décriraient les espèces d’arbres. Les zones à l’extérieur du périmètre de plantation pourraient accueillir des plants de framboises, bleuets, gadelles ou autres arbustes fruitiers, des noisetiers, amélanchiers et aubépines, ou encore être renaturalisées ou être affectées à d’autres usages.

Annexe 1 

Annexe 2

 Il s’agit d’un jardin public où tous les citoyens pourraient prendre des fruits et des légumes.  Situé le long de la piste cyclable entre les boulevards Brassard et Anne-Le Seigneur sous les fils électriques, il proposerait plusieurs types de plants et d’arbres fruitiers tels que des pommiers, des tomates, des poivrons, des concombres, des fleurs comestibles, etc. Des boîtes à jardin y seraient aménagées.

Ce projet permettrait d’augmenter la flore (aidant ainsi à la réduction du CO2 et à la survie des abeilles); de transformer un terrain inutilisé en un projet social et environnemental; de contribuer à la saine alimentation de la population; de devenir une source d’apprentissage pour les enfants; de se propager vers d’autres espaces verts de la Ville.

Exemple d’un projet similaire Ă  Saint-Hyacinthe

Le projet consiste en l’amĂ©nagement d’une toute première prairie urbaine Ă  Chambly. Ce champ de fleurs sauvages serait amĂ©nagĂ© au bĂ©nĂ©fice des pollinisateurs et des citoyens qui pourraient s’y promener et y admirer une diversitĂ© de plantes Ă  fleurs indigènes. Le site proposĂ© est un terrain appartement Ă  la municipalitĂ©, situĂ© sur le boulevard Lebel, qui est prĂ©sentement composĂ© de gazon entretenu. Le site visĂ© abrite des saules pleureurs majestueux et reprĂ©sente donc un endroit tout indiquĂ© pour la rĂ©alisation du projet. La mise en valeur du terrain contribuerait Ă  amĂ©liorer la biodiversitĂ© locale ainsi qu’à l’embellissement du paysage.

Le projet impliquerait l’aménagement d’un petit espace pavé avec quelques bancs, encerclé par une plate-bande aménagée pour y faire l’exposition de plusieurs essences floristiques indigènes accompagnées d’un petit panneau expliquant le nom de la plante ainsi qu’une courte description de sa biologie, de son intérêt écologique ou de ses usages en herboristerie. La vaste majorité du terrain sera quant à elle ensemencée de fleurs sauvages indigènes, afin de créer un pré fleuri naturel qui nous émerveillera de toutes ses couleurs et sa diversité. Cet espace unique en son genre permettrait aux citoyens de bonifier leur contact avec la nature à même leur propre ville.

DĂ©tails du projet

Ce projet de serres de quartier vise l’autonomie alimentaire, l’éducation de saines habitudes de vie, la sensibilisation à la cause environnementale et le resserrement du tissu social. Des serres pourraient être aménagées dans des parcs ou des espaces verts municipaux. Les citoyens du voisinage contribueraient à la récolte, qui pourrait être partagée avec des organismes du milieu. L’aménagement serait composé d’une serre, de plants extérieurs et de quelques places assises, dans un espace d’au moins 200 pi2 clôturé, non barré mais surveillé par caméra. Chaque serre pourrait être administrée par une équipe de bénévoles.

Installer des ruches et faire participer les citoyens de Chambly, comme c’est le cas dans plusieurs grandes villes.

On trouve en zones urbaines et périurbaines une diversité de fleurs proposant une floraison étalée sur presque toute l’année. Les abeilles peuvent ainsi trouver de la nourriture tout au long de la saison en suivant les floraisons des différentes espèces. Par leur travail de pollinisation, elles contribuent à la reproduction des végétaux et à l’abondance des récoltes urbaines.

Ce projet permettrait de sensibiliser la population urbaine aux causes du déclin des abeilles, de rebrancher les urbains à la source de leur alimentation, de transmettre le savoir en apiculture et de promouvoir la biodiversité, tout en produisant du miel ! Il faudrait faire affaire avec un apiculteur québécois pour installer une dizaine de ruches dans différents endroits dans la ville. La vente du miel pourrait être investie dans des causes environnementales.

Il s’agirait de mettre à la disposition des citoyens de Chambly des vélos électriques avec cargo ainsi que des bornes de recharge à énergie solaire au centre-ville et à certains points importants de la ville. Les utilisateurs pourraient payer un léger supplément avec la carte de Chambly afin de générer des fonds permettant la maintenance du système. Les citoyens pourraient utiliser ces vélos pour faire leurs petites courses quotidiennes ou tout simplement se divertir.

Ce projet permettrait de réduire la pollution générée par les déplacements automobiles; de promouvoir l’utilisation du vélo électrique comme moyen de transport; de rentabiliser les investissements des pistes cyclables; de diminuer l’embouteillage au centre-ville.

DĂ©tails du projet