Ruches urbaines

La Ville de Chambly est un peu plus sucrée et diversifiée depuis l’installation de dix ruches urbaines dans la municipalité, au printemps 2022.

Issu du deuxième budget participatif de la municipalité, ce projet proposé par Chloé Parenteau Gallant vise à aider les pollinisateurs, qui depuis quelques années sont décimés par différents facteurs liés aux activités humaines. Entre autres, l’utilisation de pesticides, agrémentée de périodes de sécheresse estivales occasionnées par les changements climatiques, pousse les abeilles à s’abreuver vers des végétaux traités par des produits chimiques.

De juillet à octobre, les citoyens ont suivi cette aventure bourdonnante en participant à des visites d’entretien effectuées par l’entreprise Melifera, mandatée par la Ville de Chambly.

Les dix ruches urbaines de la Ville de Chambly et leurs charmantes occupantes sont maintenant prêtes pour l’hiver qui approche.

Contrairement à ce que l’on pense, les abeilles ne dormiront pas durant les prochains mois, nous expliquent d’entrée de jeu les apiculteurs de Melifera-École d’apiculture urbaine. Ces derniers étaient de passage à Chambly, le 22 octobre dernier, afin de compléter les visites d’entretien en préparant les ruches pour les mois à venir. Comme on le voit sur la photo, les ruches ont été isolées avec une couverture de bulles isolantes avec aluminium. De leur côté, les abeilles ont enduit l’intérieur de leur ruche avec de la propolis, un beau mélange de résine d’arbres et de leur salive.

Durant la saison froide, les butineuses forment une grappe serrée autour de la reine. Grâce à la vibration de leur corps, la chaleur permet à sa majesté de rester bien au chaud tout l’hiver. Il semblerait même que si le thermomètre chute très bas sous zéro, la température sera maintenue à 25 degrés Celsius à l’intérieur de la ruche.

Merci à tous d’avoir participé à ce projet bourdonnant durant les derniers mois ! Et merci à Virginie et Vincent de nous avoir accompagnés dans cette belle aventure qui reprendra au printemps.

Cinq sites accueillent les ruches urbaines :
  • Le PĂ´le culturel de Chambly
  • Le jardin Boileau
  • Le parc Fonrouge
  • Le jardin communautaire
  • Le bassin de rĂ©tention du parc Josephte-Chatelain

Merci d’avoir participĂ© aux visites d’entretien !

Au printemps prochain !

Leur rĂ©putation n’est plus Ă  faire : les abeilles ainsi que tous les pollinisateurs offrent un rĂ´le essentiel Ă  la biodiversitĂ© et Ă  la prĂ©servation de nos Ă©cosystèmes, en plus d’augmenter la qualitĂ© des rendements agricoles et d’amĂ©liorer le goĂ»t des aliments. De plus, leur prĂ©sence ne reprĂ©sente aucun danger, puisque les abeilles, contrairement aux guĂŞpes, ne piquent que très rarement. Ce n’est seulement qu’en dernier recours qu’elles vont sortir leur dard Ă©tant donnĂ© qu’elle meurt une fois la piqĂ»re administrĂ©e.

Une abeille peut butiner les fleurs Ă  quelques mètres de sa ruche jusqu’Ă  plus ou moins 5 km de rayon autour de celle-ci, quand la tempĂ©rature le permet et que le nectar et le pollen sont disponibles. L’abeille vole Ă  une vitesse moyenne de 25 km/h.

Afin de donner un coup de pouce aux abeilles, la municipalité lançait à la mi-mai sa campagne Je ne suis pas négligée, je suis diversifiée !. Celle-ci propose aux résidants d’adopter un paysage durable pour la saison estivale, c’est-à-dire de ne pas user d’engrais ni d’arrosage et laisser la biodiversité faire son œuvre.

Profitez également du printemps pour planter des fleurs mellifères (qui produisent du miel) : cosmos, monardes, rudbeckies, echinacées, nigelles, coquelicot, heliopsis crabe, achillé millefeuille, zinnias, etc., question de bien accueillir l’ensemble des pollinisateurs !

Surtout, laissez fleurir vos pissenlits; le buffet printanier de tous les pollinisateurs indigènes déjà présents dans notre municipalité.

Plus ils sont nombreux, plus vos jardins seront productifs à l’automne.

Dans le cadre de cette campagne, des affichettes et des sachets de semences de fleurs mellifères ont été distribués aux citoyens.

Vous penchez plus du côté de la pelouse écologique ? Apprenez-en plus en cliquant ici.